Pourquoi la lecture musicale est-elle plus complexe?

Pour tenter de remédier aux difficultés de certains élèves face à la lecture musicale, les questions essentielles ont été:

  • Qu’est-ce qui rend la lecture musicale plus complexe,
  • et comment y remédier?

Lecture littéraire et lecture musicale

Le texte littéraire est composé de mots clairement repérables étant séparés par des espaces visibles. Ces mots sont organisés en phrases, elles aussi facilement identifiables par la ponctuation. Enfin certains mots récurrents (articles, conjonctions…) ont un rôle syntaxique tandis que d’autres mots ont un rôle sémantique et désignent une réalité connue de l’enfant qui commence la lecture.

Ainsi un jeune élève de CP qui lit et comprend la phrase « le chat boit du lait » a une perception immédiate de cette phrase sur le plan visuel, phonologique, grammaticale et sémantique.

Tous ces repères présents dans le langage « littéraire » et qui en facilitent et structurent la lecture, n’existent pas dans le langage musical. Tout au moins, ils sont peu identifiables pour les élèves dans les premières années.

Aborder un « texte segmenté »

Dans ses études musicales, l’élève qui aborde l’étape du décodage (passer du signe écrit au son) doit donc faire à chaque note un nouvel effort d’identification et il est difficile pour lui de détecter ses erreurs. Chaque note lue ne lui donne aucune indication utile pour déchiffrer la note suivante et la capacité de concentration doit être très importante.

L’idée dans ce jeu a donc été de segmenter le « texte » musical en cellules afin de créer des entités comparables à des mots. Afin également de repérer les fautes de lecture plus facilement, segments par segments.

Travailler mémorisation et concentration

L’enjeu pour l’élève est

  • de mémoriser l’effet sonore de chaque cellule rythmique,
  • d’entraîner sa capacité de concentration dans la lecture.

L’ensemble des 52 cellules rythmiques du jeu permet à l’élève d’améliorer progressivement ces deux compétences, en sélectionnant peu à peu un nombre de cartes de plus en plus important et en choisissant ses priorités (plus grand nombre de cartes ou plus de rythmes différents) en fonction de ses difficultés.

Le travail de mémorisation est rendu possible en totale autonomie via la page internet dédiée: Cliquez sur une carte pour entendre le rythme

Travailler lecture et audition

Chaque élève a des compétences différentes selon l’exercice proposé: lecture à vue, audition intérieure, dictée musicale, invention, improvisation…

L’outil peut être utilisé de différentes façons; chaque élève peut chercher s’appuyer sur ses compétences naturelles ou à résoudre ses propres difficultés. De même, l’enseignant peut l’utiliser dans le cadre d’une pédagogie différenciée en cours de formation musicale.

Quel que soit le mode de jeu choisi, l’objectif premier est avant tout la capacité à maitriser le matériau musical.

Développer ses connexions neuronales

Contrairement à l’ouvrage de formation musicale – que ce jeu n’a pas pour ambition de remplacer – qui s’appuie sur un programme d’acquisition, l’outil vise donc simplement à développer les connexions neuronales utiles au décodage. Il s’agit de « fluidifier » les mécanismes cérébraux nécessaires pour s’approprier autant le rapport signe/son que le rapport son/signe.

Pratiquement…

Le format du jeu de cartes s’est assez naturellement imposé dans cette recherche: Son format, son faible encombrement et son faible poids, sa polyvalence, mais aussi la garantie de maniabilité, de solidité et de longévité (papier spécialisé 330gr, vernis, coins arrondis).

Au côté ludique s’ajoute donc des qualités fonctionnelles pour l’apprentissage et une bonne adaptation à un usage fréquent.