Notes et rythmes : le jonglage cérébral

Un signe et deux signifiants.

Une note écrite sur une partition a deux signifiants : la durée et la hauteur.
Ces deux éléments n’ont en réalité qu’un sens relatif :
– la noire n’est pas une durée en soi, ce n’est que le double de la croche ou la moitié de la blanche,
– la hauteur (mis à part pour ceux qui ont l’oreille absolue) ne s’identifie que par la reconnaissance d’un intervalle ou d’une fonction harmonique.

Deux zones cérébrales concernées.

D’autre part, les travaux de recherche menés depuis plus de 25 ans, grâce notamment à la technique de l’IRM fonctionnelle, mènent à penser que l’analyse et le traitement temporel du son s’opèrent dans l’hémisphère gauche du cortex tandis que le traitement et l’analyse des hauteurs sonores s’effectuent dans l’hémisphère droit (1).

La lecture d’une partition suppose donc une activité cérébrale intense et extrêmement rapide, chaque note lue exigeant l’intervention de deux zones du cerveau totalement distinctes mais qui doivent se coordonner entre elles.

Quelles solutions ?

Solfeggietto a été conçu pour permettre une grande variété d’usages. Ainsi le jeu offre la possibilité d’aborder cette difficulté de façon très progressive en cours de formation musicale. Quelques idées…

Jeu sur 2 notes

Commençons par une option simple. Les élèves ont mémorisé quelques rythmes et sont capables de les manier naturellement dans différents jeux. On leur proposera, au lieu de frapper ou de ¨ beatboxer ¨  les rythmes, de les chanter en improvisant librement sur 2 notes. La réalisation est en soi relativement simple. Mais cela oblige l’élève à passer rapidement d’un hémisphère cérébral à l’autre avec aisance et rapidité.

Jeux en réponse

Le principe est le même, mais 2 groupes vont se répondre en polyrythmie. L’un par exemple sur 2 notes à intervalle de tierce majeure et l’autre sur 2 notes à intervalles de tierce mineure.

On pourra varier à l’infini les situations en fonction de la progression des élèves :
– Jeu sur un pentacorde
– Jeu sur une gamme
– Jeux polyphoniques…

Ainsi, ce type de propositions place les deux apprentissages (rythmique et mélodique) sur des plans différents et à un niveau technique différent. La pratique rythmique s’appuie sur la lecture tandis que le chant va s’appuyer sur une approche libre et sensorielle de la mélodie. L’élève n’est pas tenu de reconnaître les hauteurs de son mais simplement de les manipuler le plus spontanément possible.

Ces mises en situation amènent l’élève à prendre l’habitude d’activer simultanément ses deux hémisphères. Sans pour autant devoir immédiatement affronter la difficulté d’une situation de déchiffrage.

Le corps calleux

Source : WIKIMEDIA COMMONS – Auteur : Valcat96 – Licence : Creative Commons Attribution-Share Alike 3.0

Les observations scientifiques ont reconnu depuis de nombreuses années que le corps calleux (ci-dessus en rouge) était particulièrement développé chez les musiciens. En effet, c’est la partie du cerveau qui assure la transmission d’informations et la coordination entre les deux hémisphères.

Ainsi l’ensemble de l’activité musicale – lecture, écoute, jeu instrumental ou vocal –  tant sur le plan psychomoteur que sur le plan psychocognitif, sollicite en permanence et de façon simultanée des zones cérébrales très diverses et dispersées.

(1)…le cerveau humain est capable de transformer l’énergie acoustique en un percept musical (mélodie, harmonie et rythme) grâce à l’implication du cortex auditif (aires primaires et associatives), localisé dans la partie supérieure du lobe temporal. Ces aires auditives n’assurent cependant pas les mêmes fonctions dans chaque hémisphère cérébral. Alors que, dans l’hémisphère gauche, elles sont spécialisées dans l’analyse temporelle du son, celles de l’hémisphère droit excellent dans l’analyse spectrale. C’est ainsi que le timbre et la hauteur des sons musicaux sont traités préférentiellement dans l’hémisphère droit.
(Extrait de l’Encyclopedia Universalis. Cerveau et musique. https://www.universalis.fr/encyclopedie/cerveau-et-musique/)


Pour suivre nos publications, inscrivez-vous à notre Newsletter

No comments yet.

Laisser un commentaire